Un projet pilote de repas gratuits et équilibrés dans les écoles maternelles les moins favorisées

Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles vient de marquer son accord sur la proposition de la Ministre de l’Egalité des chances, Isabelle Simonis, d’organiser, dès la rentrée scolaire de septembre 2018, un projet pilote de distribution de repas gratuits et de qualité nutritionnelle dans les écoles maternelles à encadrement différenciés, c’est-à-dire pour les élèves les moins favorisés.

De récents indicateurs socio-économiques nous signalent, en Belgique, un risque de pauvreté ou d’exclusion sociale de plus de 20%, qui grimpe même à 41% pour les ménages monoparentaux avec des enfants à charge. Au regard de ces constats et dans une perspective d’égalité des chances, cet appel à projets pour lequel 2 millions d’euros ont été dégagés annuellement, doit permettre :

  • D’offrir aux enfants des écoles qui seront sélectionnées, des repas gratuits 4 jours par semaine, pendant 2 ans, ce qui équivaut à environ 650.000 repas distribués annuellement ;
  • De toucher plus ou moins 5.000 enfants par an ;
  • D’offrir des repas équilibrés répondant aux normes sanitaires en vigueur, en favorisant les produits locaux, biologiques et les circuits courts.

Pour pouvoir bénéficier de cette mesure, un appel à projets, à destination des écoles wallonnes et bruxelloises qui émargent au décret relatif à l’encadrement différencié, sera lancé dans le courant du mois d’avril. Les écoles auront jusque début juin pour y répondre.

« De nombreuses enquêtes le démontrent : combattre les inégalités sociales et la pauvreté passe, notamment, par l’accès à l’alimentation. Cette mesure s’inscrit pleinement dans cette perspective. Elle veut permettre à un maximum d’enfants d’avoir accès à au moins un repas sain et équilibré par jour mais aussi de réduire les dépenses des parents et, pour ceux dont les revenus sont les plus modestes, de réorienter les moyens ainsi économisés vers d’autres postes utiles à l’éducation des enfants. Ce projet vise aussi à promouvoir une nutrition et des produits sains. Il s’agit donc à la fois d’un projet égalitaire et de santé », conclut Isabelle Simonis.