Rudy Demotte en déplacement au Luxembourg : « il faut assouplir les normes comptables européennes pour favoriser l’investissement public et la relance économique ».

Rudy Demotte était en visite de travail ce jeudi au Luxembourg afin de rencontrer le Premier Ministre Luxembourgeois et Président en exercice de l’Union Européenne,  Xavier Bettel,  ainsi que des représentants de la Banque européenne d’investissement.

Les relations bilatérales et les grands dossiers de l’actualité politique européenne tels que la crise de l’asile et la relance économique étaient à  l’ordre du jour de cette rencontre.

Le Ministre-Président a affirmé son soutien à la présidence luxembourgeoise de l’Union Européenne dans la vision, qu’il partage,  d’une gestion européenne et solidaire de l’accueil des réfugiés. Il a d’ailleurs présenté les initiatives prises par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles en la matière,  telles que le renforcement des dispositifs d’accueil et de scolarisation pour élèves primo-arrivants, les cours d’alphabétisation et de français ainsi que l’encadrement des mineurs non accompagnés. 

Sur le volet de la relance économique, Rudy Demotte a de nouveau plaidé, tant auprès de Xavier Bettel que de la BEI,  pour que l’Europe puisse mettre en place une nouvelle comptabilisation des investissements dans les domaines de l’innovation, de l’éducation et de certaines infrastructures,  afin qu’une entité publique puisse comme les sociétés privées, amortir ses investissements sur une durée de vie normale. « C’est essentiel pour l’investissement public  et donc pour la relance économique. L’Europe ne peut pas aider à l’investissement d’une main et le freiner de l’autre » a appuyé Rudy Demotte.

En marge de cette réunion de travail, le Ministre-président s’est entretenu  avec des représentants de la BEI au sujet des Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS). L’objectif était notamment de leur présenter la stratégie qui sera défendue par la Fédération Wallonie-Bruxelles. En effet, les projets qui seront soutenus par le FEIS doivent être économiquement rentables ce qui,  de par la nature de ses compétences,  réduit les opportunités de la Fédération. De ce fait, la Fédération Wallonie-Bruxelles va concentrer la réflexion sous l’angle de l’efficacité énergétique, projet qui représente l’avantage de pouvoir monétiser les économies futures et donc de répondre au critère de rentabilité du FEIS.