Plan intra-francophone de lutte contre les violences sexistes et intrafamiliales : Evaluation et perspectives en Fédération Wallonie-Bruxelles

Sur proposition de la Ministre des Droits des femmes, Isabelle Simonis, le Gouvernement vient de marquer son accord sur l’évaluation 2016-2017 du Plan intra-francophone de lutte contre les violences sexistes et intra-familiales.

Sur les 190 mesures du Plan instauré par les différentes entités fédérées en 2015, 132 sont actuellement réalisées ou en cours de réalisation en Fédération Wallonie-Bruxelles, ce qui représente environ 75% des engagements pris.

Parmi les actions menées pendant l’année échue, on répertorie notamment la création d’une ligne téléphonique gratuite à destination des victimes de violences sexuelles (0800/98 100), la réalisation d’animations d’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (EVRAS) dans le secteur de la jeunesse par une partie des 65 opérateurs labellisés à cette fin, ou encore la création d’un article budgétaire spécifique à lutte aux violences faites aux femmes.

En ce qui concerne les perspectives de l’année 2018, trois principaux projets sont d’ores et déjà programmés :

Un décret relatif à la lutte contre les violences faites aux femmes. Ce projet de décret devrait venir pérenniser le soutien financier apporté aux associations de terrain actives dans ces matières. À cet égard, la Ministre Simonis déposera un texte sur la table du Gouvernement dans le courant du premier semestre.

Le renforcement de la formation des professionnels

Afin de former les intervenants de première ligne, professionnels ou futurs professionnels dans les filières paramédicales, sciences humaines et sociales, par exemple, à mieux identifier et à orienter les victimes de violences de manière adéquate, 4 modules de cours spécifiques liés aux violences seront instaurés, dès janvier prochain, dans 6 « écoles pilotes » de l’Enseignement de promotion sociale. Ces modules de cours aborderont notamment, les violences conjugales, le harcèlement de rue, le sexisme ainsi que les mutilations génitales.

 

Une campagne de sensibilisation relative à la prostitution étudiante

Bien avant les récentes publicités pour le sugardating, la Fédération Wallonie-Bruxelles souhaitait aborder la problématique de la prostitution étudiante. A cet effet, un colloque et une campagne de sensibilisation relative à la prostitution étudiante se dérouleront en février prochain, sous l’impulsion des Ministres Marcourt et Simonis.

 

***