L’accord de coopération avec la Palestine approuvé en Commission des Relations internationales

 

Le Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte se réjouit de l’approbation ce lundi, en Commission des Relations internationales du Parlement, du projet de décret portant assentiment à l’Accord de coopération entre, d’une part, la Communauté française et la Région wallonne et, d’autre part, l’Organisation de Libération de la Palestine agissant pour le compte de l’Autorité palestinienne.

 

Le projet de décret a été voté par 7 voix favorables (PS-cdH) et 4 abstentions (MR).

 

« Au-delà de sa haute valeur symbolique, la ratification de cet accord de coopération aura d’importantes conséquences concrètes puisqu’elle permettra non seulement la relance des commissions mixtes permanentes mais aussi la mise en place d’un cadre plus structuré pour le développement de nos relations avec la Palestine », insiste Rudy Demotte.

 

Signé le 29 janvier 2001, l’accord de coopération n’avait jusqu’à présent pas pu être présenté au Parlement ni ratifié en raison de la détérioration des relations israélo-palestiniennes et de l’absence de perspective d’évolution favorable dans le processus de paix.

 

En dépit de ces circonstances, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a récemment décidé d’entamer les démarches nécessaires à sa ratification sous cette législature.

 

L’accord couvre l’ensemble des compétences de la Fédération, avec pour objectif le développement d’une coopération aux retombées concrètes, orientées vers la valorisation des ressources humaines, le développement durable et le partenariat entre administrations, institutions, associations et opérateurs.

 

« Après la résolution relative à la reconnaissance de l’Etat de Palestine par la Belgique adoptée par le Parlement de la FWB ainsi que par le Parlement wallon, le projet de décret représente un acte diplomatique fort, visant à soutenir le processus de paix et le principe d’une solution négociée », précise le Ministre-Président.

 

« Notre action toute entière, ancienne et constante, est un plaidoyer en faveur de la paix au Proche-Orient. Face aux récentes décisions et déclarations de certains pays, dont celles du Président des Etats-Unis Donald Trump, il est plus que jamais nécessaire d’accompagner le peuple palestinien, en rappelant sa situation inacceptable, en soutenant son combat, et en lui affirmant avec force qu’il n’est pas seul. »

 

Il appartient désormais au gouvernement wallon de procéder également à la ratification de cet accord afin qu’il puisse entrer en vigueur.

 

***