Internalisation des activités de nettoyage en FW-B

Internalisation des activités de nettoyage en FW-B

Responsabilité, humanité, efficacité

 

 

Dans le secteur du nettoyage industriel, la précarité est trop souvent de mise. Les temps partiels non désirés sont majoritaires. La flexibilité et la disponibilité demandées aux travailleurs ne sont pas reflétées dans les conditions salariales. Les horaires de travail sont peu compatibles avec une vie de famille. Et même si les abus les plus flagrants ont baissé, les emplois de qualité restent rares. Le personnel, fréquemment constitué en « armée de l’ombre », en souffre, les prestations aussi.

Devant ce constat, en date du 9 mai 2018, le Gouvernement de la FW-B a chargé le Ministre du Budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative de procéder à l’internalisation des activités de nettoyage pour un premier bâtiment conçu comme un projet pilote.

Sans parti pris idéologique, cette décision s’inscrit dans une logique pragmatique et responsable. Elle vise l’efficacité par l’amélioration de la qualité de vie et de travail des personnels dédiés aux tâches de nettoyage. L’internalisation de celles-ci permettra, en effet, une meilleure intégration des personnels dans la vie des bâtiments qu’ils entretiennent, et une maîtrise directe de leurs conditions de travail. L’employeur et les travailleurs, dès lors, en sortiront gagnants.

Très concrètement, l’équipe de six personnes (plus un.e responsable) chargée du nettoyage bénéficiera d’un contrat à temps plein pour des prestations principalement en journée. Ses missions porteront non seulement sur le nettoyage des locaux, mais concerneront également leur gestion (préparation des salles de réunion, distribution du courrier, etc.). Outre un renforcement de l’efficacité, le but est de contribuer à réduire la fatigue générée par des prestations uniquement centrées sur le nettoyage « à la chaîne ». Le personnel concerné s’en trouvera du même coup valorisé dans ses différentes tâches.

D’une manière générale, le nettoyage durant les heures conventionnelles d’occupation des locaux permet une meilleure conciliation avec la vie privée et renforce l’acceptation sociale des agents. En effet, le travail réalisé est visible par tous et mieux reconnu par l’employeur. Les horaires de travail, quant à eux, s’avèrent plus sûrs et les risques professionnels moins élevés.

L’internalisation des activités de nettoyage constitue, par ailleurs, un atout majeur pour l’institution. Les coûts sont réduits, car le travail nocturne est plus onéreux (salaires, électricité, etc.). En outre, il offre une réponse réellement efficace à l’exigence de propreté : les salles de réunion et les sanitaires peuvent être nettoyés tout au long de la journée. La qualification des personnels, de son côté, s’en trouve accrue, au sens où les formations peuvent avoir lieu durant les heures ouvrables. Enfin, les réalités du marché de l’emploi dans ce secteur sont mieux prises en considération, via la stabilité offerte aux travailleurs.

En tout état de cause, la plus grande motivation des agents d’entretien, rendue possible par cette internalisation, permet d’améliorer la productivité et le bien-être au travail de tout le personnel. C’est ici le souhait principal du Ministre André Flahaut, initiateur du projet, et celui du Gouvernement de la FWB.